Soyez où votre don sauve des vies.

Soyez où votre don sauve des vies.

Partout
où ça fait mal

Nous, équipes MSF, devons être là pour secourir et soigner les victimes de conflits, d’épidémies ou de catastrophes naturelles. Nous avons plus que jamais besoin que vous soyez , à nos côtés.

Seuls vos dons nous permettent d’agir immédiatement, partout :

En Ukraine et dans toutes les zones de conflit, là où nous travaillons jour et nuit pour évacuer et soigner les blessés.

En mer Méditerranée, là où nous secourons ceux qui prennent la mer au péril de leur vie.

Au Nigéria ou en Somalie, là où la malnutrition menace la vie de milliers d'enfants.

J'agis là
où ça fait mal

Soit après réduction fiscale.

Donnez plus d’impact à votre don : 75 % sont déductibles de votre impôt.

Vous souhaitez donner 25 € ? Donnez 100 € : votre soutien vous reviendra à 25 € après réduction fiscale de 75 %.

où pour rester
en vie,
il ne faut pas
rester...

Au début, je pensais qu’ils ciblaient les pneus de la voiture. Mais j’ai vite compris qu’ils visaient les passagers.

Nous étions 5 dans la voiture. Nous avions mis des pancartes sur les vitres pour indiquer que nous avions des enfants à bord, et des vêtements comme drapeau blanc. Lorsque nous sommes arrivés au centre-ville, nous avons entendu des explosions. Un homme était allongé sur le dos, ses jambes séparées de son corps. Il criait à l’aide, mais ça bombardait, nous ne pouvions pas nous arrêter.

Puis la fusillade a commencé. La voiture a heurté quelque chose et s’est arrêtée. J’ai tourné la tête vers mon mari, et j’ai vu qu’il était couvert de sang. Au début, j’ai pensé qu’il avait reçu une balle dans la tête, qu’il était mort. C’est son œil qui avait été gravement endommagé. J’ai appliqué une serviette hygiénique sur sa blessure.

À l’hôpital, le seul fonctionnel de la ville, ils n’ont pas pu l’opérer à cause de la panne d’électricité, alors ils ont juste cousu sa paupière supérieure à sa paupière inférieure.

Sara* a fui les bombardements de Marioupol avec sa famille. Son mari, gravement blessé à l’œil, a été secouru par les équipes MSF.

*le prénom a été modifié par souci de confidentialité.

 En 2022
Plus de 2 000 patients dont un tiers souffraient de traumatismes ont été évacués à bord du train médicalisé MSF en Ukraine.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à fournir une aide médicale à travers nos cliniques mobiles.

Aidez-nous à assurer un soutien psychologique pour les personnes souffrant de syndromes post-traumatiques.

Aidez-nous à évacuer les blessés et malades des lignes de front vers des zones sûres, grâce à notre train médicalisé.

Aidez-nous à mettre en place un suivi de physiothérapie, pour les personnes ayant subi de lourdes chirurgies suite à des blessures.

Albina Zharkova, médecin MSF

« Nous avons vu différents types de blessures. Beaucoup d’amputations, des blessures liées à des éclats de bombes, des blessures à la tête, mais aussi des brûlures graves. »
”Ce train est tout à fait unique. Il a été développé spécifiquement pour l’Ukraine. Depuis que nous avons commencé, le 31 mars, nous avons effectué 50 voyages et avons réussi à évacuer plus de 1 400 patients, dont 78 orphelins. »

Yaser Kamaledin, coordinateur de projet à bord du train

Un don de 5001000 € permet, par exemple, de fournir 24 sets de chirurgie pour opérer les blessés.

où pour rester
en vie,
il ne faut pas
rester...

 En 2022
Plus de 2 000 patients dont un tiers souffraient de traumatismes ont été évacués à bord du train médicalisé MSF en Ukraine.
Au début, je pensais qu’ils ciblaient les pneus de la voiture. Mais j’ai vite compris qu’ils visaient les passagers.

Nous étions 5 dans la voiture. Nous avions mis des pancartes sur les vitres pour indiquer que nous avions des enfants à bord, et des vêtements comme drapeau blanc. Lorsque nous sommes arrivés au centre-ville, nous avons entendu des explosions. Un homme était allongé sur le dos, ses jambes séparées de son corps. Il criait à l’aide, mais ça bombardait, nous ne pouvions pas nous arrêter.

Puis la fusillade a commencé. La voiture a heurté quelque chose et s’est arrêtée. J’ai tourné la tête vers mon mari, et j’ai vu qu’il était couvert de sang. Au début, j’ai pensé qu’il avait reçu une balle dans la tête, qu’il était mort. C’est son œil qui avait été gravement endommagé. J’ai appliqué une serviette hygiénique sur sa blessure.

À l’hôpital, le seul fonctionnel de la ville, ils n’ont pas pu l’opérer à cause de la panne d’électricité, alors ils ont juste cousu sa paupière supérieure à sa paupière inférieure.

Sara* a fui les bombardements de Marioupol avec sa famille. Son mari, gravement blessé à l’œil, a été secouru par les équipes MSF.

*le prénom a été modifié par souci de confidentialité.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à fournir une aide médicale à travers nos cliniques mobiles.

Aidez-nous à assurer un soutien psychologique pour les personnes souffrant de syndromes post-traumatiques.

Aidez-nous à évacuer les blessés et malades des lignes de front vers des zones sûres, grâce à notre train médicalisé.

Aidez-nous à mettre en place un suivi de physiothérapie, pour les personnes ayant subi de lourdes chirurgies suite à des blessures.

Albina Zharkova, médecin MSF

« Nous avons vu différents types de blessures. Beaucoup d’amputations, des blessures liées à des éclats de bombes, des blessures à la tête, mais aussi des brûlures graves. »
”Ce train est tout à fait unique. Il a été développé spécifiquement pour l’Ukraine. Depuis que nous avons commencé, le 31 mars, nous avons effectué 50 voyages et avons réussi à évacuer plus de 1 400 patients, dont 78 orphelins. »

Yaser Kamaledin, coordinateur de projet à bord du train

Un don de 5001000 € permet, par exemple, de fournir 24 sets de chirurgie pour opérer les blessés.

où l'on peut
perdre sa vie
en essayant
de la sauver

À bord, il y avait un homme accompagné de deux très jeunes enfants qui étaient sur le point de mourir de faim.

Je leur ai offert un peu de ma nourriture pour les aider à se maintenir en vie. Malgré cela, les enfants sont morts. À un moment, ma femme aussi s’est sentie très faible, et j’étais convaincu qu’elle allait mourir. J’ai pensé à la nourriture que j’avais donnée à ces enfants, qui ne les avait pas sauvés, et qui ne pouvait plus nourrir ma femme. Je n’ai pas regretté mon action. Je me suis couvert le visage avec une chemise pour que personne ne puisse me voir pleurer.

Ce rescapé a pris la mer avec sa femme et 25 autres personnes depuis la Turquie. À bord de leur embarcation, ils ont dérivé 15 jours dont 7 sans vivres, avant d’être secourus par MSF. Six personnes sont décédées.

 En 2022
3 138 personnes secourues par nos équipes en mer Méditerranée.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à porter secours à des personnes naufragées en Méditerranée.

Aidez-nous à fournir des soins de premiers secours aux personnes rescapées.

Aidez-nous à assurer la prise en charge psychologique des personnes rescapées, traumatisées.

Aidez-nous à fournir de la nourriture et des biens de première nécessité aux personnes secourues.

Depuis plus d’un an, MSF dispose de son propre navire, le Geo Barents, pour mener des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Plus de 3 138 personnes ont déjà été secourues et 6 536 consultations médicales ont été effectuées à son bord.
Parmi les personnes secourues par les équipes MSF, certaines ont subi de graves violences et des abus dans les centres de rétention en Libye. Un soutien psychologique est absolument vital pour ces rescapés.

Un don de 100200 € permet, par exemple, de fournir 25 gilets de sauvetage.

où l'on peut
perdre sa vie
en essayant
de la sauver

 En 2022
3 138 personnes secourues par nos équipes en mer Méditerranée.
À bord, il y avait un homme accompagné de deux très jeunes enfants qui étaient sur le point de mourir de faim.

Je leur ai offert un peu de ma nourriture pour les aider à se maintenir en vie. Malgré cela, les enfants sont morts. À un moment, ma femme aussi s’est sentie très faible, et j’étais convaincu qu’elle allait mourir. J’ai pensé à la nourriture que j’avais donnée à ces enfants, qui ne les avait pas sauvés, et qui ne pouvait plus nourrir ma femme. Je n’ai pas regretté mon action. Je me suis couvert le visage avec une chemise pour que personne ne puisse me voir pleurer.

Ce rescapé a pris la mer avec sa femme et 25 autres personnes depuis la Turquie. À bord de leur embarcation, ils ont dérivé 15 jours dont 7 sans vivres, avant d’être secourus par MSF. Six personnes sont décédées.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à porter secours à des personnes naufragées en Méditerranée.

Aidez-nous à fournir des soins de premiers secours aux personnes rescapées.

Aidez-nous à assurer la prise en charge psychologique des personnes rescapées, traumatisées.

Aidez-nous à fournir de la nourriture et des biens de première nécessité aux personnes secourues.

Depuis plus d’un an, MSF dispose de son propre navire, le Geo Barents, pour mener des opérations de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale. Plus de 3 138 personnes ont déjà été secourues et 6 536 consultations médicales ont été effectuées à son bord.
Parmi les personnes secourues par les équipes MSF, certaines ont subi de graves violences et des abus dans les centres de rétention en Libye. Un soutien psychologique est absolument vital pour ces rescapés.

Un don de 100200 € permet, par exemple, de fournir 25 gilets de sauvetage.

où tout le monde
a oublié
que vous êtes là

Avec mon mari et nos quatre enfants, nous avons quitté le village de Gurbi pour Jibia à cause de l’insécurité persistante et des gangs. Ils tiraient partout et brûlaient les maisons. Nous n’avions d’autre choix que de fuir.

Avant ces attaques, nous vivions en paix avec notre famille et nos amis. Nos enfants allaient à l’école, nous avions un petit commerce, les hommes pouvaient cultiver la terre et tout allait bien. Aujourd’hui, nous n’avons plus rien. Plusieurs de nos proches ont été tués. Ma fille était très malade, elle souffrait de malnutrition. L’hôpital de MSF l’a soignée et nous a fourni gratuitement tous les médicaments dont nous avions besoin.

Témoignage de Hadiza Saidu, qui s’est rendue au centre nutritionnel de l’État de Katsina , au Nigéria, pour sa fille Suhaila.

 En 2022
8 000 enfants pris en charge au centre nutritionnel de Katsina au Nigéria.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à poursuivre notre action là où les crises alimentaires menacent des vies d'enfants.

Aidez-nous à soigner la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans, pour leur éviter de lourdes séquelles motrices et cérébrales.

Aidez-nous à équiper nos dispensaires du matériel nécessaire au dépistage précoce de la malnutrition infantile.

Aidez-nous à organiser des cliniques mobiles pour aller dépister la malnutrition dans les régions les plus éloignées.

"Nous nous préparons à traiter jusqu'à 100 000 enfants malnutris cette année, uniquement dans le cadre de notre programme nutritionnel dans l’État de Katsina au Nigéria. Si la période de soudure a commencé, le pic de transmission du paludisme reste encore à venir, ce qui pourrait aggraver la crise nutritionnelle."

Michel-Olivier Lacharité, responsable des opérations d’urgence de MSF
Pour connaître immédiatement le degré de malnutrition dont souffre un enfant, nos équipes mesurent la circonférence de son bras à l'aide d'un bracelet gradué.

Un don de 150350 € permet, par exemple, de fournir 5551 296 sachets d’aliments thérapeutiques pour les enfants malnutris.

où tout le monde
a oublié
que vous êtes là

 En 2022
8 000 enfants pris en charge au centre nutritionnel de Katsina au Nigéria.
Avec mon mari et nos quatre enfants, nous avons quitté le village de Gurbi pour Jibia à cause de l’insécurité persistante et des gangs. Ils tiraient partout et brûlaient les maisons. Nous n’avions d’autre choix que de fuir.

Avant ces attaques, nous vivions en paix avec notre famille et nos amis. Nos enfants allaient à l’école, nous avions un petit commerce, les hommes pouvaient cultiver la terre et tout allait bien. Aujourd’hui, nous n’avons plus rien. Plusieurs de nos proches ont été tués. Ma fille était très malade, elle souffrait de malnutrition. L’hôpital de MSF l’a soignée et nous a fourni gratuitement tous les médicaments dont nous avions besoin.

Témoignage de Hadiza Saidu, qui s’est rendue au centre nutritionnel de l’État de Katsina , au Nigéria, pour sa fille Suhaila.


aidez-nous à agir
là où ça fait mal

Aidez-nous à poursuivre notre action là où les crises alimentaires menacent des vies d'enfants.

Aidez-nous à soigner la malnutrition aiguë chez les enfants de moins de 5 ans, pour leur éviter de lourdes séquelles motrices et cérébrales.

Aidez-nous à équiper nos dispensaires du matériel nécessaire au dépistage précoce de la malnutrition infantile.

Aidez-nous à organiser des cliniques mobiles pour aller dépister la malnutrition dans les régions les plus éloignées.

"Nous nous préparons à traiter jusqu'à 100 000 enfants malnutris cette année, uniquement dans le cadre de notre programme nutritionnel dans l’État de Katsina au Nigéria. Si la période de soudure a commencé, le pic de transmission du paludisme reste encore à venir, ce qui pourrait aggraver la crise nutritionnelle."

Michel-Olivier Lacharité, responsable des opérations d’urgence de MSF
Pour connaître immédiatement le degré de malnutrition dont souffre un enfant, nos équipes mesurent la circonférence de son bras à l'aide d'un bracelet gradué.

Un don de 150350 € permet, par exemple, de fournir 5551 296 sachets d’aliments thérapeutiques pour les enfants malnutris.

En France, en 2021, 98,6 % des ressources de Médecins Sans Frontières étaient d’origine privée. Aujourd’hui plus que jamais, nous avons besoin de vous pour poursuivre nos efforts. Votre don nous permet d’agir sur le terrain et de sauver des vies.

+ 70

pays
d'intervention

1999

MSF reçoit le prix Nobel de la paix

91,6 %

des dépenses pour les missions sociales

Soutenez nos actions

avant le 31 décembre pour bénéficier de 75 % de réduction fiscale sur votre impôt 2022.
Vous aussi, soyez là pour nous permettre
d’agir partout où ça fait mal.
Un don de
50
revient à 12.5 €
après réduction
fiscale.
Un don de
100
revient à 25 €
après réduction
fiscale.
Un don de
150
revient à 37.5 €
après réduction
fiscale.
Un don de
500
revient à 125 €
après réduction
fiscale.
Un don de
100
revient à 25 €
après réduction
fiscale.
Un don de
200
revient à 50 €
après réduction
fiscale.
Un don de
350
revient à 87.5 €
après réduction
fiscale.
Un don de
1000
revient à 250 €
après réduction
fiscale.